Escalade en Dauphiné - France

St-Paul de Varces

Site d’escalade sportive
mardi 31 mai 2011 par Jacques Aimard

Présentation

C’est à une AG de l’ECI que j’ai eu vent d’une falaise à St Paul de Varces. Les deux Philippe, Gueyre et Pay, pardon Peyre et Gay, évoquaient sur un ton de conspirateurs ce nouveau site où ils avaient semblait-il, des projets en cours. Thierry tendait l’oreille.

Quelques temps plus tard nous étions au pied de la fameuse paroi, à la recherche des deux premières voies. Un orage nous accueillit et le déluge qui suivit doucha nos ardeurs. Tout était froid, humide et ces hauts murs d’apparence austère m’avaient intimidé. Je maudis la pluie mais oubliais St Paul. Plusieurs voies virent encore le jour mais les années passèrent et la falaise se résigna à l’oubli.

Tout changea lorsque Thierry décida d’en faire sa résidence secondaire. Elle devint soudain le théâtre d’une agitation fébrile. Des lignes fleurissaient chaque jour. Les initiés venaient tester les nouveautés. Attiré par la curiosité je retournai à St Paul par un bel après midi ensoleillé, guidé par les vociférations des grimpeurs. Dans cette atmosphère estivale et ce charivari je ne reconnaissais pas les lieux. Des plaquettes neuves brillaient un peu partout. On assistait à des luttes fratricides pour la première croix, des controverses sur les méthodes, des palabres pour la cotation. Fatalement cela s’ébruita. La jungle grenobloise retentit des tam-tams de St Paul. Il fallait accueillir dans l’urgence les nouveaux venus. Tel César à Alésia, Thierry leva une légion de volontaires pour un véritable siège de la falaise. Pics pioches, tronçonneuses nivelèrent des terrasses, taillèrent des chemins abattirent des arbres (très peu rassurez-vous…) aussitôt transformés en bancs, fauteuils ou marches d’escaliers. De nombreux centurions s’illustrèrent dans cet obscur chantier : Bichon, Fred, Eric, Manu, Yves, Anne… Grâce à ces travailleurs de l’ombre le site s’embourgeoisait. Moins loin que Saint-Paul de Vence, Saint-Paul de Varces s’imposait comme la villégiature chic du grimpeur grenoblois branché.

Quelles sont donc les pépites de ce spot très tendance ?

Reprenons la chronologie. Au néolithique déjà, le vieux Goûn, dit « Rond d’eau », de la tribu des Oulmars, y avait taillé quelques prises à coup de silex (le sika n’existait pas encore semble-t-il) pour échapper à son féroce voisin, l’ours des cavernes. Inspiré par son lointain ancêtre Hervé Rondeau compléta cette ébauche. Les premières voies spitées perchées dans la partie haute de la falaise sont de son fait. Mais c’est aux Philippe que l’on doit l’école actuelle.

En 2003 à l’initiative de Philippe Peyre, le régional de l’étape (lui c’est sa résidence principale...) ils ouvrent deux voies « Ohé du gerbier » dont la cotation humaine en fait une bonne entrée en matière, et « Un zest de Verdon » qui propose une escalade variée dont l’agrément s’accroit avec la hauteur.

Dès 2004, avec le renfort de Dominique dont l’ancêtre, laissa quelques croquis à Lascaux, ils étoffent la palette. Du coup à peine arrivé vous serez tentés de prendre la « Tangente ». Ce serait dommage, la suite est savoureuse !

Cette année là, peaufinant sa dernière création, Philippe, faut-il être étourdi, réalise à 30m du sol qu’il est sans assurance. C’est ballot, le point le plus proche est à trois bons mètres ! Ce garçon, qui évoluait jusque là dans ce style félin qui enchante ses admiratrices, se retrouve subitement parkinsonien. Et oui, il en est en ce domaine comme dans d’autres, tout va bien tant qu’on ignore les choses... Bref, il rampe en tremblotant jusqu’au clou, préférant cette mesquine retraite au panache d’une sortie en solo. Du coup au lieu d’une glorieuse épitaphe « En mémoire à cet ouvreur de génie » il faut se contenter de « Sueurs froides ». Allez-y et à 30m, dans le crux, pensez à lui, vous éprouverez de la gratitude pour votre corde d’attache.

Avec l’ouverture d’ « Escapades estivales », longue escalade au final splendide, la barre du 7a est franchie. En 2005, bon cru avec « St Paul spot ». Attention il faut envoyer les watts au départ (une prise cachée rend le à vue problématique) et garder des cartouches pour la fin. Entre les deux il faut… grimper ! Deux autres réalisations cette année là (dont un 7b+ !) puis c’est l’hibernation… jusqu’à l’arrivée de Thierry !

En 2009 et surtout 2010, grâce à son énergie et son enthousiasme communicatifs, on assiste à une résurrection. Philippe Gay reprend du service et Hervé, en « guest star » pointe le nez de son perfo… Damien entre timidement en lice (vous noterez l’oxymore), Gilles confirme (son travail et son opiniâtreté arrachent une voie plus qu’intéressante à l’adversité) et Wlad découvre le point G (il était temps !).

Tout cela nous vaut quelques belles réalisations. Attention dans « Gâchis Parmentier » les erreurs de lecture se payent cash ! A vue cette voie demande un certain sens tactique. Si vous survivez à la déroutante petite traversée dans le bas de « Welcome, Johnny », vous aurez un sursis avant une dernière partie bien dure (on validera la sortie à droite même si ça passe aussi tout droit).

Philippe dont l’atavisme remonte là d’où l’on descend tous, utilise un tronc, ce qui n’est pas commun, pour démarrer « Le grand Mendes » qui devient le « Tronc commun ». Celui-ci donne accès à d’autres voies dont un 6b prémonitoire « Le loup dans la bergerie ». Ce fameux loup, dont la mèche gloutonne, saigne, ou plutôt signe « Sex saint Paul », une voie pleine de « six appeal » ! Ce 6a pile (!) manquait pour l’échauffe et démocratise un peu le secteur. Merci Hervé !

Enfin, mais à condition d’avoir de bons doigts et de l’endurance, le point G vous enverra au septième ciel !

Et l’aventure de Saint Paul n’est pas finie. Le potentiel est réel, de belles perspectives s’ouvrent en remontant la falaise sur la droite. Reste la qualité du rocher, variable selon les secteurs et selon les strates, de quoi compliquer le travail des ouvreurs. Mais pas d’inquiétudes, on est parti pour la phase supersonique de l’équipement : c’est par palettes qu’on y livre désormais plaquettes et goujons ! Quand on vous dit que le loup est dans la bergerie… La liste des voies devrait donc s’allonger assez vite. D’autant que c’est complètement open, toutes les bonnes volontés peuvent s’y exprimer à la mesure de leurs talents et de leurs envies. A bon entendeur salut !

Jacques AIMARD

Détails pratiques : c’est orienté sud ouest, on peut y grimper l’hiver aux heures ensoleillées. Trop tôt gare aux engelures, trop tard attention aux nyctalopes ! L’été attention aux périodes trop chaudes, aux coups de soleil et à la sournoise déshydratation. L’automne évitez les balles perdues et les champignons vénéneux ...

Accès

JPEG - 37.9 ko
Accès au site

Liste des voies

N° nom année niveau équipeurs remarques

- 1 La tangente 2004 6c P. Peyre Au départ du crux, poser un pied derrière sur le pilier, final flamboyant.
- 2 Sex Saint Paul 2010 6a H. Rondeau Mérite le titre de la voie la plus facile de Saint-Paul... pour l’instant - 10 points – 25 m.
- 3 Ohé du Gerbier 2003 6a+ P. Gay Attention au tirage, rallonger le 8ème point au bout de la traversée - 12 points – 30 m.
- 4 Un zest de Verdon 2003 6b+ P. Peyre Voyage dans l’espace : on démarre en Vercors pour finir au Verdon - 35 m.
- 5 Varces et attrapes 2010 6b+ G. Margirier Comme souvent à Saint-Paul, le rocher se bonifie avec l’altitude - 16 points – 35 m.
- 6 Guère épais 2010 6b L. Tolstoï
P. Gay Vise le titre de la voie la plus courte. Reste à attribuer le titre de la plus belle bouse, on peut cumuler les récompenses ? 8 points – 20 m.
- 7 T’tires ailleurs c’est mes galets 2011 T. Bienvenu Projet en cours.
- 8 Point G 2010 7a+/7b T. Bienvenu
W. Gorecky Il est possible de partir par « escapades » pour éviter le surplomb douteux et glauque, le reste est super.
- 9 Escapades estivales 2004 7a D. Duhaut Le haut est dément.
- 10 La passion ou la raison 2005 7b+ D. Duhaut Pas de bloc dur en bas, final très fin. Relais facultatif, surtout si on a réussi le départ, il suffit d’enchainer le haut pour une super croix.
- 11 Welcome, Johnny 2010 7a/7a+ T. Bienvenu Surplomb très tactique, milieu plus facile mais à bien gérer pour enchainer les difficultés du haut, possibilité de sortir droit, à droite ou à gauche.
- 12 Saint Paul spot 2005 6c+ P. Gay Bon autant tout dévoiler, la prise clé n’existait pas au siècle dernier (Houuuu !), par contre elle est quasi invisible (Haaaa !), à tel point que le « à vue » est surhumain (Houuuuu !), mais bon, elle mérite ses 3 étoiles quand même (Haaaaa !) - 15 points – 37 m.
- 13 Sueurs froides 2004 6b+ P. Gay Cette voie a été gratifiée d’un label rouge par Olivier D. Oups, pardon, j’ai mal lu, c’est d’un carton rouge qu’il s’agit… A vous de juger - 15 points – 36 m.
- 14 Le loup dans la bergerie 2010 6b H. Rondeau Ca y est, le loup est dans la place, finie la rigolade, on va changer de braquet. Départ au choix par « Sueurs froides » ou « Grand Mendès ».
- 15 Tronc commun 2010 6b+ H. Rondeau La ligne devient indépendante au dessus du relais facultatif de « Grand Mendès ».
- 16 Du grand Mendès 2010 6c P. Gay Démarrer le long de l’arbre en pure style ramonage à l’ancienne, puis traverser à droite sur la vire. Bien rallonger les points 5 (sous la vire) et 6 (du relais) - 20 points en tout (le point sur la vire n’est pas compté) – 40 m (ou 30 + 10 en fractionnant).
- 17 1ère gâchette chez Volfoni 2005 6c+ P. Gay Nouveau départ sympa, malheureusement contrarié par un chêne prétentieux qui a comme ambition de finir centenaire (mais j’ai pas dit mon dernier mot). La dernière partie demande de la détermination.
- 18 Seconds couteaux 2009 7b/7b+ T. Bienvenu
D. Bédague Un premier mouvement original, partie médiane déversante difficile dans un rocher délicat mais bien nettoyé, un crux à la renverse et encore une surprise de sortie – 35 m.
- 19 Syndactylie, priez pour nous, pauvres grimpeurs 2010 7b T. Bienvenu Une traversée fine et originale.
- 20 Gâchis Parmentier 2010 6c+/7a T. Bienvenu Voie pour intello, beaucoup de lecture.

Nouveautés

2 nouvelles voies à droite de "Gâchis Parmentier"

- Une 21ème voie a vu le jour à droite de la 20ème (gâchis parmentier). Il faut monter à l’aide d’une corde fixe à poste sur la vire, elle part donc de plus haut mais va à la même altitude que les autres (elle est donc légèrement plus courte !),elle s’appelle "La guerre de(s) croix n’aura pas lieu" et vaut un petit 7b
- La 22éme voie s’appelle "un bras droit de bienvenue" et vaut autour d’un petit 7b.


Portfolio

Le site de St-Paul de Varces Thierry Bienvenu à l'oeuvre Jacques Aimard au grattage

titre documents joints

Topo du site de St-Paul de Varces

29 mai 2011
info document : PDF
740.1 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2943 / 801445

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Escalade  Suivre la vie du site Sites sportifs   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 5