Escalade en Dauphiné - France

Grande Tête de l’Obiou (2789 m)

« Vendange tardive », 340 m, 6b max (6a obligatoire)
mercredi 5 octobre 2011 par Philippe Peyre

Ouverture du haut par Marianna Jagercikova, Martin Hurtaj et Pascal Sombardier en septembre 2011. Entièrement équipée sur spits.

Équipement à l’Obiou

Cette voie utilise les dalles très redressées de la face NE, ce qui permet de gagner le sommet en enchaînant avec la belle voie Marie-Thérèse (ouverte en 1970 par Gérard Guichardon et Marie-Thérèse Christophe, et rééquipée en 2000 par Norbert Geffroy). L’ensemble (150 m d’approche par la voie Paul Arthaud + 340 m dans « Vendange tardive » + 120 m dans la Marie-Thérèse) représente une course de près de 600 m assez soutenue malgré diverses échappatoires, dans une grande ambiance, dans un rocher globalement bon équipé de façon moderne.
La difficulté reste toutefois raisonnable (la Marie-Thérèse ne dépassant pas non plus le 6a), ce qui est surprenant au vu de la raideur de la paroi. Le rocher, parfois pourvu d’affleurements de silex ou abondamment stratifié, a permis cette réalisation, vendange certes tardive, mais prometteuse…

Depuis une dizaine d’années, sur les Grand et Petit Obiou, j’ai gravi plus d’une vingtaine d’itinéraires différents, tous aussi ludiques et sauvages les uns que les autres. Cette montagne semble inépuisable. Elle peut paraître rebutante à certains, mais c’est la plus intéressante que je connaisse et elle recèle sans doute encore bien des secrets, même si cela se mérite...
Ces dalles du Grand Obiou me faisaient rêver. Tracer une si belle ligne sur un sommet qui me fascine serait pour moi un aboutissement. Mais je n’ai ouvert que des voies en technique classique, à une époque où il n’y avait pas de perfo, et je sens que ce ne sera pas adapté à la circonstance. J’avais entendu parler d’un couple de jeunes grimpeurs slovaques audacieux qui habitent et travaillent à Saint-Disdier-en-Dévoluy et écument le massif. Ils y ont récemment ouvert quelques itinéraires, notamment, ce mois de juillet, "À la recherche d’une dent perdue" sur le Piéroux : 11 longueurs, 7a max, avec des techniques modernes. Amateurs de terrains d’aventure, ils ont aussi exploré ou répété divers itinéraires plus engagés, comme, cet hiver, une goulotte de 1100 m de développement à la Tête des Ombres.
Un ami commun nous mit en relation. Il n’y eut pas besoin de beaucoup de mots : une photo de l’Obiou avec des tracés de projets était affichée chez eux. Ils étaient même allés au pied de ce versant, et avaient estimé qu’il pouvait y avoir des zones de rocher grimpables. Nous étions ravis de trouver d’autres passionnés de ce massif sauvage et lumineux. Tout s’est donc déroulé rapidement et naturellement, et dans la bonne humeur.

L’enthousiasme de Martin fut tel que, dès notre première rencontre, le 9 septembre, nous descendîmes les dalles en rappel en atteignant l’actuel R6 par une vire étroite que je connaissais déjà. La qualité du rocher permit de confirmer la faisabilité de la voie. Mais, en raison de son caractère compact et donc impitonnable, l’ouverture depuis le bas n’était guère envisageable. Notre objectif étant avant tout de tracer une belle ligne sur ce sommet qui nous est cher et de la faire partager, nous sommes retournés 6 fois au sommet par la voie normale avec des sacs frôlant les 15 kg, descendant chaque fois en rappel afin de réaliser chaque longueur et de tout équiper en spits de 10 mm. Je découvre quelqu’un de prudent, méthodique et efficace. Malgré nos 25 ans d’écart, j’ai le sentiment d’être l’élève...
Le 24 septembre, avec Marianna, la compagne de Martin, nous réalisons enfin la voie depuis le bas, tous les points étant en place. Il a fait mauvais quelques jours avant et le départ est sous la neige. Le rocher glacé augmente la difficulté de la belle première longueur, la plus dure. Mais la suite déroule si bien que, malgré le temps passé à virer quelques cailloux en équilibre, nous ouvrons deux longueurs supplémentaires tout en haut afin de rejoindre la grande vire où débute la Marie-Thérèse. La deuxième bénéficie du même rocher stratifié qui fait la qualité de cette dernière.

Aux éventuels répétiteurs, je ferai pour finir une recommandation : la voie est certes équipée béton, mais le versant peut être froid et se couvre de glace rapidement en cas de tempête. La neige tardive qui fond dans le couloir Arthaud occasionne des chutes de pierre, et le dégel peut aussi envoyer des projectiles depuis les vires sommitales. Mieux vaut donc ne pas se précipiter avant que tout ne soit stabilisé, en principe au mois de juin.

Pascal Sombardier (octobre 2011)

Vendange tardive

Marianna Jagercikova, Martin Hurtaj et Pascal Sombardier ont profité des belles conditions de ce mois de septembre pour équiper un bel itinéraire sur l’Obiou.

La voie est belle, le rocher bon, et même excellent par endroit. Étonnant que ces dalles soient restées vierges jusqu’à ce jour (impitonnables, il faut dire). nous avons été surpris de trouver des difficultés si modérées dans une falaise très redressée et d’apparence monolithique.
En tout cas, la combinaison avec la voie Marie-Thérèse constitue une ligne particulièrement esthétique. C’est la plus belle façon d’aller à l’Obiou (j’en connais pour ma part 22 autres...)
.Dixit, P Sombardier.

PDF - 111.7 ko
Le topo de la voie

Accès à la voie

Vendange Tardive a déjà beaucoup été répétée, et j’ai de nombreux échos de grimpeurs qui ont eu un peu de mal dans l’approche. Mea culpa ! Dans mon CR de l’ouverture de cette voie, j’aurais dû donner quelques précisions. Cette montagne demande une période d’adaptation, et procure beaucoup de plaisir lorsqu’on commence à l’apprivoiser. Il est vrai que la trace dans le pierrier (en pointillés sur IGN) se voit mal depuis le sentier de la voie normale. En faisant comme le montrent les deux photos jointes, nous arrivions à mettre 1 h 45 depuis le col des Faïsses (qu’il est recommandé d’atteindre maintenant par la piste qui monte côté Posterle, nivelée ce printemps) pour rejoindre l’attaque de VT, sans nous encorder mais assez chargés quand même.
Bonne grimpe et merci de vos commentaires passés ou à venir.

Pascal Sombardier



Portfolio

Du cinq vertical comme dans les Dolos. L1, 6b. Tracé de la voie 1ère longueur
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 7457 / 818133

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Escalade  Suivre la vie du site Terrains traditionnels   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 10