Escalade en Dauphiné - France

Stratosaurus - Obiou (Isère)

Nouvelle voie sur la face N.E. de l’Obiou
dimanche 25 août 2013 par Marianna JAGERCIKOVA

Ouverture

Après l’ouverture de la voie Vendange Tardive avec Pascal Sombardier en automne 2011, nous étions bien enthousiasmés par la face NE de l’Obiou. Des belles dalles raides à droite de la voie attiraient nos regards depuis quelques saisons déjà. Une photo de la face prise au petit matin décorait notre salon à côté des photos des autres membres de la famille de projets. L’expérience à la Vendange Tardive nous a assuré de la qualité et solidité du rocher. Contrairement de ce qu’on dit des Gillardes – c’est-à-dire que les coinceurs en Dévoluy ne servent à rien, le rocher dans ces dalles à droite de la Vendange Tardive se prête merveilleusement à leur utilisation. En effet, entre deux strates massives du calcaire à silex, l’érosion a décapé l’espace jointive et c’est un emplacement idéal pour les cames. En ce qui concerne le Dévoluy, à notre connaissance, un tel rocher ne se trouve que là… et même la Vendange Tardive distante de quelques dizaines de mètres ne protège pas sur les coinceurs. Au vu de ces circonstances atténuantes, nous avons décidé de récidiver à l’Obiou munis des coinceurs en suivant le cheminement le plus logique et par conséquent le plus facile dans cette face sympathique, si possible.

On monte sous la face en début d’Octobre 2012 pour mater le terrain. Dès la première longueur (à l’exception de 2 premiers mètres), nous étions enchantés par la qualité de l’escalade. Et la suite donnait l’envie. Mais dans cinq jours on partait en voyage aux US, alors le projet devait attendre le retour des beaux jours en Dévoluy !

Un long hiver et le printemps pluvieux de cette année 2013 ont décalé la suite des affaires. On ne retrouve les dalles qu’en Juillet. Et encore seulement parce qu’un bloc coincé permettait franchir aisément le couloir Arthaud encore enneigé. Nous atteignons le relais de la première longueur et attaquons la suite. Mais la dalle sculptée est devenue trop compacte et nous avons eu un recours à l’utilisation des crochets et des pitons. Même les pitons ont été de la qualité douteuse. En plus, la deuxième longueur se déroule en traversée, ce qui nous exposait à la retraite difficile. A quelques mètres près, une descente en rappel ne serait plus possible. En fait, au deuxième relais, vous vous trouvez au dessus d’un grand surplomb et pas loin de 60 m en fil d’araignée vous séparent du sol, en plus, la pente raide au-dessus du couloir Arthaud ajoute la profondeur du champ de vision. L’ambiance est o(p)(mni)présente. Le rappel était de ceux qui sont inoubliables !

Changement de la stratégie. Dans le cas des dalles qui se protègent mal, nous estimons qu’il vaut mieux placer des spits que laisser des pitons douteux. On retourne donc dans le projet avec une perceuse et on remplace tous les mauvais pitons dans la deuxième longueur (au nombre de 5). Nous rajoutons encore une belle troisième longueur qui se déroule en traversée ascendante sur une dalle raide et compacte qui à nouveau se protégeait mal. A son passage, nous y plaçons 7 spits et 1 piton qui se succèdent avec des passages sur des coinceurs. Le départ de la longueur au dessus du vide procuré par la présence d’un grand surplomb sous les pieds est vraiment spectaculaire et le crux se trouve entre le relais et le premier point ! Heureusement, qu’on peut protéger le départ sur les coinceurs, voire passer un artif… Une éventuelle chute finirait probablement par le réapprentissage de la remontée sur la corde avec des prussiks… En revanche, on peut se détendre dans l’excellente quatrième longueur, qui pour le coup protège tout le long sur le caillou superbe. Elle nous amène sous un dièdre-fissure caractéristique rayant le haut de la face qui promet le terrain plus commode et facilement protégeable. Mais à vue de l’après-midi avancé, on s’arrête là et on rejoint la base de la face en trois rappels, dont deux traversant pour revenir le WE prochain.

Cependant, la suite des événements a pris une autre tournure. En mi-juillet, Martin s’est blessé à l’annulaire gauche au travail (4 points de suture sur la dernière phalange) et la poursuite du projet semblait compromise. Pour ne pas perdre du temps, on décide d’inspecter le haut de la voie et installer des relais manquants, pour éviter le hissage du sac avec du matériel dans le dièdre. Nous descendons donc en quatre rappels depuis une grande vire au-dessus du cube caractéristique de la Vendange Tardive pour retrouver les relais déjà en place dans la face. Nous grimpons aussi des longueurs faciles sommitales, sans les toutes équiper avec des relais, car le rocher était bien souvent médiocre et les chutes de pierres éventuelles seraient dangereuses pour des cordées dans la Vendange Tardive ou Pilier Arthaud.

Tout était prêt pour l’enchainement final qui a eu lieu après le rétablissement de Martin le 10 Août 2013. Sauf une dizaine de mètres du rocher moyen dans la septième longueur, le dièdre-fissure offrait du bon rocher, nettoyé par des ruissellements d’eau et une escalade raide, mais facile et agréable. Après 6 heures d’escalade, on arrive sur la grande vire et on finit en deux longueurs de la Vendange Tardive (avec une petite variante pour varier le plaisir). Les belles strates dans cette jolie voie au caractère "traditionnel" lui valent le nom Stratosaurus — une bête de l’ère Mésozoïque, laquelle on approche avec les coinceurs pour se protéger. Malgré son nom préhistorique, nous considérons cette escalade comme résolument moderne.

Nous avons alors atteint notre objectif d’ouvrir une voie en utilisant au maximum des protections sur des coinceurs et suivre une ligne logique au plus facile dans cette face imposante. Sur 300 m de la face, il y a à peine 30 m spités …

Description

Matériel : La voie est partiellement équipée : 5 goujons dans L2, 7 goujons et 1 piton dans L3, 1 spit dans L5 et les relais sont en place (1 spit au minimum). L’escalade se passe principalement avec des coinceurs. Matériel utilisé : un jeu de camalots de n° 0.5 à 4 (n°5 facultatif pour L7 et L8) , un jeu de Metolius TCUs (ou équivalent) en doublant n°0,1,2, un jeu de stoppers et sangles. Si besoin, doubler des camalots n°3 et 4 pour L6, L7 et L8.

L’accès : par le premiers 30 m de pilier Arthaud. Ensuite, traverser le couloir vers une vague vire qui mène sous la face NE de l’Obiou. Monter cette vire d’abord vers la droite, puis vers la gauche sous un grand surplomb (terrain de chamois). Le départ de la voie se situe à gauche du surplomb dans un dièdre fissure. Relais sur 2 spits en place.

L1 : 6a, 30 m, remonter le dièdre-fissure. Protections à placer entre les strates (nombreux bons emplacements). Après 15 m faire un petit crochet (2 m) vers la droite (engagé), puis revenir dans le dièdre. Le premier spit est au relais (à renfoncer avec la fissure évidente).

L2 : 6a+, 40 m, continuer à remonter le dièdre-fissure jusqu’à une petite vire. Traverser sur cette vire vers la droite une dizaine de mètres (protections sur les friends) pour retrouver 5 goujons qui protègent la fin de traversée. Relais sur 2 spits et 1 goujons. Grande ambiance. Possibilité de rejoindre le sol en rappel en fil d’araignée (60 m). La retraite ensuite est plus problématique.

L3 : 6b+, 35 m, crux entre le relais et le premier goujon, possibilité de protéger le départ sur des friends. Grande ambiance et expo. Traverser en ascendance vers la droite, vers la fin remonter. Protections sur les goujons (7), 1 piton et friends. Relais sur 2 goujons.

L4 : 6a, 30 m, traverser 2 m vers la droite (suivre un beau joint entre deux strates). Monter le joli mur et traverser vers la gauche pour rejoindre le relais sous un caractéristique bombé à la base d’un dièdre. Nombreux emplacements pour des friends entre les strates. Relais sur 1 spit et sur 1 goujon. Très belle longueur.

L5 : 6a, 30 m, traverser sous le relais vers la droite pour rejoindre le dièdre. 1 spit sur place (protections délicates). Monter le dièdre. Traverser 2 m vers la gauche pour rejoindre une fissure quand le rocher devient plus raide et cassé. Cette fissure mène à la base d’un grand dièdre caractéristique. Relais est décalé à gauche sous un bombé (2 goujons).

L6 : 5, 30 m, remonter le dièdre-fissure. Relais sur 2 goujons.

L7 : 5, 45 m, continuer à remonter le dièdre. Rocher devient plus délicat à la sortie (faire un crochet vers la droite dans le mur, le rocher est un peu mieux). Attention aux pierres. Relais sur une vire commode sous un bombé.

L8 : 5, 20 m, traverser 5 m vers la gauche sur la vire pour rejoindre un autre relais (2 goujons) sous un dièdre-fissure. Remonter celui-ci. Relais sur 2 goujons.

L9 : 3, 10m+50 m, sortir sur une grande vire (possibilité de faire un relais intermédiaire sur des friends), traverser le pierrier au dessus d’un couloir. Monter dans la dalle au plus facile (vague dépression à une vingtaine de mètres d’un grand dièdre). Relais sur 1 goujon. Il est possible depuis la grande vire de rejoindre la voie Vendange tardive qui se trouve une quarantaine de mètres à gauche par une escalade facile.

L10 : 4, 50 m, continuer à gauche de la vague dépression. Relais sur une vire (1 goujon) sous un surplomb.

D’ici : suivre cette vire (passer sous un dièdre surplombant) jusqu’à une grande vire. Vous pouvez finir l’escalade là et rejoindre la voie normale de l’Obiou en traversant vers le Sud en suivant la vire ou continuer par les 2 dernières longueurs de Vendange tardive (conseillé). Il est possible de continuer avec 3 courtes longueurs (sortie originelle) à gauche de dièdre surplombant (terrain facile, mais le rocher cassé). Pas d’équipement en place, aucun relais, aucun intérêt (dangereux s’il y a des cordées dans la Vendange tardive).


Portfolio

Départ de L1 Départ de L2 Traversée dans L2 Traversée dans L2 L3 Ouverture de L3 Rappel depuis R2 Rappel depuis R2 Grande vire L9 L7 L6 Départ de L4 Départ de L4 Fin de L10

titre documents joints

Topo de la voie Stratosaurus (format pdf)

24 août 2013
info document : PDF
1.1 Mo

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2443 / 800973

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Escalade  Suivre la vie du site Terrains traditionnels   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 2