Escalade en Dauphiné - France

San Vito, le spot sicilien

dimanche 11 mai 2014 par Pascal Etienne

Présentation

Pourquoi futur ? Parce-que d’une part à peine un quart des possibilités sont pour l’instant exploitées et d’autre part parce-que la qualité de l’escalade associée au charme du lieu et à l’infrastructure d’accueil lui assurent un avenir certain comme spot d’intérêt européen.
La comparaison avec Kalymnos s’impose tout de suite : escalade sportive, quelques grandes voies, intérêt touristique indéniable, paysages marins et baignades dans des criques de rêve à deux pas des voies... Au niveau du nombre de voies, même si le potentiel est énorme, San Vito n’atteindra jamais Kaly. Mais pour l’instant seuls quelques touristes équipeurs allemands se livrent à un travail systématique de développement ; je suppose que les pouvoirs publics comme les intérêts privés (sauf le camping El Bahira) n’ont pas mesuré l’enjeu économique que cela pouvait représenter pour la localité. Pour l’instant, comme dans l’île grecque avant qu’Aris ne mobilise autour de lui, la saison repose sur les deux ou trois mois d’été et les nombreux appartements, villas, bungalows et hôtels sont vides en dehors de cette période.
Cependant, en avril 2014, les grimpeurs venus de toute l’Europe étaient déjà nombreux autour de la semaine sainte et les meilleurs secteurs de la falaise de Salinella (5kms de long !) étaient parfois surbookés. Par contre, il existe tant de sous-secteurs plus confidentiels que l’on peut trouver facilement des endroits déserts. En dehors de Salinella, on est au calme sur tous les autres sites, sauf le « Never Sleeping Wall », le must de la région, qui n’offre qu’une poignée de voies en-dessous de 6c et pour lesquelles il faut prendre le ticket tant elles sont belles !
J’ajoute que la température de la mer est du même ordre que dans le Dodécanese et que l’explosion florale du printemps viendra compenser la déception que l’on ressent en découvrant des villages qui sont loin d’avoir le charme d’une île grecque. Revenant de voyage, je crois que ce qui m’a le plus séduit par rapport à Kaly où je me rends régulièrement, c’est la facilité d’accès et le prix du vol. Il n’y a en effet que 2h15 d’avion et 1h15 de voiture pour se retrouver sur place. Je dirais que c’est une destination facile pour quelques jours seulement.

Au niveau touristique, il vous manquera certainement de jours de repos pour visiter tous les centres d’intérêt de la région, ce qui fournira un excellent prétexte pour y revenir plusieurs fois. J’ajoute que l’endroit est idéal pour un séjour en famille avec des approches inexistantes et la mer partout...

En escalade, on trouvera tous les niveaux représentés, de l’initiation au 8 supérieur, avec toutefois un très grand nombre de voies de 5 à 6b, surtout à Salinella, ainsi que de très belles voies de 7 dans presque tous les secteurs. Le rocher très compact est incroyablement sculpté, ce qui permet de tenir de bonnes grosses prises dans des murs d’aspect lisse et d’une raideur inhabituelle pour le niveau annoncé. Grosso-modo, il y a deux styles de grimpe : des murs à trous, très sculptés, raides (Salinella, mais pas que...) et des tufas, parfois dans du vertical (Never Sleeping, Cathedrale nel Deserto), parfois dans du bon dévers ou des grottes (Couronne d’Aragon, Lost World...). On n’y trouve par contre quasiment aucune dalle, le rocher « bord de mer » étant trop découpé.

Pour le choix de la saison, pas de souci de septembre à juin, mais en été les prix grimpent plus que vous ! Vous aurez le choix entre l’automne avec le mer encore chaude, le début d’hiver avec de très belles journées jusqu’à Noël, le printemps parfois arrosé mais des quantités de fleurs partout... Salinella est exposée globalement à l’Ouest et les autres sites offrent des expositions variées, on a donc le choix entre ombre et soleil. A l’extrémité de la Sicile, le cap est soumis au vent qui assure une certaine fraîcheur quant il le faut et chasse les nuages aussi vite qu’il les a amenés. Il est rare que la pluie gâche une journée entière d’escalade et les nombreuses grottes équipées permettent de sauver la séance.
Au niveau hébergement, San Vito et les villages alentour offrent toutes les possibilités d’un secteur très touristique. Les grimpeurs se concentrent évidemment au camping El Bahira, au pied du secteur central de la Salinella, donc à pied d’œuvre. Très confortable, avec des salles, un restaurant, une grande piscine et toutes les commodités, y compris un magasin d’escalade, le tout pour un prix très abordable. Location de tentes, caravanes, mobile-homes... Les appartements et villas en ville se louent à des prix raisonnables hors-saison : compter environ 50 € par jour pour un F3 très confortable.

Les sites

Salinella
C’est une barre continue de près de 5 kms en bord de mer. Les secteurs les plus éloignés de la voiture (20 mn) n’ont été qu’effleurés et gageons que le nombre de 250 voies aujourd’hui sera doublé demain. Sur le dernier topo paru (déc. 2013), elle est divisée en trois « régions » : Nord, Centre et Sud, elles-mêmes constituées de nombreux secteurs et sous-secteurs. Des étoiles, jusqu’à quatre, indiquent l’intérêt de chaque secteur selon les auteurs/équipeurs et des fraises (!) signalent les plus jolies voies. Un séjour de 12 jours ne nous a pas permis de visiter tous les secteurs à 4 étoiles...

C’est à l’extrémité Sud que nous avons débuté le séjour, car visible et accessible à pied de la maison.
Secteur Torre Isullida d’abord, facile à repérer sous la tour visible de loin, ainsi que le sous-secteur voisin de Seagull, après un bain dans la jolie crique juste dessous aux heures trop chaudes pour grimper (Seagull est un four en plein Sud). La palette de difficulté y est large, avec de nombreuses voies inférieures à 5c et tous les niveaux représentés jusqu’à 7c. Nous avons profité de l’ombre matinale pour écumer le formidable mur rouge et ses voies de 30 à 40m bien résistantes. A Seagull, il faut s’accommoder de l’inconfort d’une vire suspendue pour jouir du surprenant calcaire gréseux de voies très déversantes.
Toujours à Salinella Sud (une dizaine de secteurs importants), nous avons aussi réalisé une session qui nous laisse un souvenir mitigé : superbe secteur mais très fréquenté juste au fond du camping, donc on ne fait pas toujours la voie que l’on projette... Il y a là de très beaux 7c qui voient défiler toutes les nationalités, ainsi qu’un panel de 6a tous plus jolis les uns que les autres.

A Salinella Centre, il n’y a que peu de beaux morceaux de falaise, mais un des murs les plus chouettes du coin, celui du Bunker. La falaise se partage en deux secteurs forts différents plus un petit site fort sympathique pour une fin de journée, autour d’une grotte fermée par un bouquet de palmiers. A gauche, c’est le royaume du 6a, dans un rocher raide magnifiquement sculpté. Plusieurs beaux 5 pour commencer la séance et des 6b de 30m pour pimenter la sauce. Vous l’aurez compris, on n’y sera pas seul, mais les voies sont nombreuses et c’est l’occasion d’exercer ses aptitudes linguistiques. Si votre niveau le permet, il faut passer ensuite au mur de droite avec ses voies longues, raides, fatigantes mais pleines de bonnes surprises : il y a là un 6a, un 6b, trois 6c et trois 7a/b. Attention cependant, la roche est si compacte que l’escalade y est morphologique entre de bonnes prises souvent éloignées. Puis il faut finir la journée à la grotte au palmier, avec son 6a photogénique et deux voies plus difficiles, dont un 7a technique qui au contraire convient bien au plus petites.Le 7b est intéressant aussi (mais pour les grands) avec son départ physique et, après un repos, une suite bien technique.

Salinella Nord est un endroit charmant : on laisse sa voiture avant les secteurs par prudence (mais de nombreux grimpeurs ne prennent pas cette précaution avec la voiture de location dont ils défonceront le carter) et l’on suit le chemin plat dans la prairie fleurie, couverte d’iris nains, en défilant sous les secteurs. Les murs ont moins d’ampleur ici, mais de jolies couleurs et les voies dures sont typées rési courte.
En une journée plus une courte session du soir, nous avons visité :
White Wall, court mais rocher fabuleux, blanc, doux et sculpté, notamment dans les voies de droite (jolie « cala » abritée pour le bain à proximité).
Grotte de Cala Mancina : des voies très athlétiques au bord de la grotte (7a+ à 8b+), un 6b pas donné et une ligne bien déversante en 6c.
Campo Base : mur d’une vingtaine de mètres bien fréquenté, voies de 5 à 8a+, beaucoup de 6a+ et 6b. Sympa, mais pas majeur, ne vaut pas ses 4 étoiles...
Parco Giochi : deux lignes de fissures visibles de loin, le 6a vaut le détour, celle en 6c est bien dure, comme l’autre 6c à gauche (« No People, no stress »). Cotations sévères dans le secteur.
Grotta del Cavallo : là par contre j’aurais mis les 4 étoiles car le mur a plus d’ampleur, les voies sont intéressantes et il y a de la variété. Des tufas dans la grotte (même dans du 6b), des murs blancs techniques, de grandes envolées...Bref, vaut la visite !

Mais nos meilleurs souvenirs d’escalade sont liés aux autres secteurs visités :

Never Sleeping wall
Assurément un des plus beaux murs d’Europe, avec un léger dévers régulier sur plus de 80m en son centre. La face est couverte de concrétions et parsemée de quelques colos qui offrent des lignes magiques, d’où le succès. Il faut souvent prendre le ticket pour « Silent sleep », 6a+ ou « Long sleep », 6b+ de 35m. Les musts sont « Bella Sazanna », 7a, « Tears of Freedom », 7a+, « Long white line », 7b+, ou « Evil... », 8a.

Crown of Aragon
Le nom vient de la forme de la falaise vue de la route. Bon, ici c’est du dévers et de la colo, inutile de venir sans les moyens physiques adéquats, surtout que les cotations ne font pas de cadeau. 10 minutes d’approche, deux 6a+ et deux 6b pour l’échauffement puis on passe rapidement au 6c très déversant (qui serait un bon 7a à Kalymnos). La comparaison vaut plus pour le style d’escalade qui rappelle la Grèce. Il y a un 7a+ majeur, et des voies dures sans doute très bien pour les athlètes... A quelques minutes de marche se trouve le secteur 4 étoiles de Cinéma Paradiso, dans le même style et à l’ombre le matin (la couronne étant plein Sud). Nous n’avons pas eu le temps de visiter, mais ça a l’air aussi bien.

Cathedrale Nel Deserto
C’est le pied de la grande face Nord du Monte Monaco (dans laquelle on trouve de difficiles voies sportives de 200m de hauteur), sur la gauche. Quelques voies de dalle sur du gris lisse, exceptionnel ici. Mais surtout des voies majeures dans un immense mur ocre, exigeant technique et précision. Plusieurs très beaux 6b+ et 6c, ainsi qu’une brochette de 7a/7b. Mon meilleur souvenir : « E un mondo difficile », qui commence par un 6c d’abord dans une dalle raide et compacte avec des pas d’équilibre, puis de fines colos (chaîne), suivi d’un mur de plus en plus dévers où après un pas de bloc avec un mono, on remonte une série de tufas jusqu’au relais à 35m.

Nuova Ossessione
Un des derniers secteurs ouverts, avec encore de nombreuses lignes à équiper.
A part quelques lignes de facture classique à gauche, cette falaise vaut pour ses superbes concrétions. C’est la plus longue approche de San Vito (25 mn), mais rien que le 6b de 37m qui remonte une fabuleuse série de blobs et de colonnes de tuf vaut le détour (le voyage ?). Pour le moment il n’y a qu’une dizaine de voies en-dessous de 6c. Les voies de 7 sont fabuleuses, en tout cas celles que nous avons faites. Je recommande donc les 35m de « Scusassi » en 7a+, dalle puis grosses colos, ainsi que le mur orange parfait et régulièrement déversant de « I 2 storditi », 7b+ (pas de tufa dans ce dévers à l’aspect improbable).

En 8 jours d’escalade nous n’avons pas visité la moitié des secteurs intéressants et nous savons déjà que plusieurs falaises sont en cours ou en projet d’équipement, ce qui nous promet encore de belles découvertes au sein de ces paysages grandioses.


Portfolio

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3467 / 878402

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Escalade  Suivre la vie du site Sites sportifs   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 7